Un regard d’artiste en hommage aux premiers de tranchée !

Juliette Ranck est une artiste photographe de renom venue poser son regard sur Bondy et sur les personnes qui ont fait face à la crise du Covid. En avant-première d’une exposition hommage à venir et alors qu’elle finit de réaliser les portraits d’artisans, soignants, bénévoles, agents publics, caissiers, boulangers, policiers, elle nous livre ses premières impressions. Interview.

Comment se sont passées vos rencontres ?

Ils sont tous très fiers d’avoir donné de leur personne au service de l’intérêt des plus fragiles ou bien tout simplement pour poursuivre leur mission essentielle dans un contexte dangereux. Il y a de la joie qui transparait de cette fierté. Et puis, il faut bien le dire aussi, ils sont épuisés ! Ils ont tous donné sans compter et ça se ressent.

Comment avez-vous abordé ce projet ?

Je vis à la campagne où je me suis sentie un peu en dehors de la crise, un peu préservée. Si bien que lorsque l’on m’a contactée pour faire cette exposition hommage, j’ai tout de suite adhéré car c’était l’occasion pour moi de m’engager à ma manière. Avec les personnes que je photographie à Bondy, j’essaie d’établir une vraie rencontre. Je parle avec chacun d’eux, assez longuement. Se faire tirer le portrait n’est jamais anodin et c’est une plongée dans l’intime qui nécessite de faire confiance au photographe. Mon objectif c’est de rendre compte de leur engagement, que leur histoire dans la crise soit palpable et que leur identité propre aussi. Ce ne sont pas des anonymes !

Au travers des personnages de Bondy, c’est aussi une ville qui transparait. Comment la percevez-vous ?

Bondy m’apparait à l’opposé de l’image que je m’en faisais. Elle est beaucoup plus humaine, chaleureuse, sympathique que je ne l’imaginais. Je m’attendais à rencontrer des gens distants, méfiants et c’est tout le contraire ! J’ai à faire à des femmes et des hommes ultra accueillants, motivés, chaleureux. Le tout dans une ville paisible où les gens sont véritablement ancrés et très attachés à leur ville. C’est une vraie redécouverte pour moi qui était déjà venue à Bondy par le passé !

Qui est Juliette Ranck ?
Juliette Ranck est passée par toutes les grandes institutions de la profession : école Louis Lumière à Lyon, rencontres photographiques d’Arles, etc. Reporter aux côtés de la Croix Rouge, elle a roulé sa bosse au Guatemala, au Pérou, au Bangladesh, en Inde avant de développer des collaborations dans l’univers de l’édition avec au menu des livres sur la gastronomie, l’écologie, le monde paysan chez Tana, Eyrolles et aux Chêne. Elle est également professeur de photographie.

Juliette Ranck mêle dans son travail, la poésie des images avec la réalité des sujets qu’elle photographie. Entre reportage et documentaire, ces photos nous font regarder avec sensibilité et empathie, un monde parfois beau et parfois hostile, ici et ailleurs.

Votre navigateur est dépassé !

Mettez à jour votre navigateur pour voir ce site internet correctement. Mettre à jour mon navigateur

×